51i5jpaCcuLLorsque le principal suspect du meurtre d’une jeune femme se suicide en clamant son innocence, l'inspecteur Cadin décide de se pencher sérieusement sur son dossier. En fouinant dans l'entourage de la victime il découvre des éléments qui vont orienter son enquête sur un autre terrain que le crime passionnel, un terrain glissant…

 

Deuxième enquête de l’inspecteur Cadin, ce policier dépressif qui semble avoir pour habitude de traîner ses guêtres dans les cités les plus tristounettes de l’hexagone. Après Marsheim l’alsacienne et sa centrale nucléaire le voici dans les Flandres, à Hazebrouck, ville qui n’est pas particulièrement connue pour ses plages ensoleillées ou sa douceur de vivre. C’est dans cette cité morose où la grisaille du ciel le dispute à celle qui assombrit les pensées qu’il traîne sa mélancolie native et sa déception amoureuse toute neuve.


Largué par sa copine Blandine il se lance à corps perdu dans une enquête qui le conduit une fois de plus à dévoiler les mauvais penchants de ses congénères. Ce n’est donc pas une surprise s'il est question de corruption, de pognon, de pouvoir et des passe-droits qu'il procure. Nous plongeons une fois de plus dans les méandres de cette société pourrie où les puissants exploitent les humbles et où les fils de bonne famille s'en sortent toujours alors que leurs camarades moins bien nés finissent en tôle.


Daeninckx nous fait découvrir le charme discret de la bourgeoisie flamande et les taudis du quartier du "Nouveau Monde". On y rencontre des mémères à chats et des détective privés, des prêtre défroqués, des politiques et des paumés, un panel bien représentatif de cette région déshéritée où les clivages socio-professionnels sont plus marquées qu'ailleurs


L'auteur a eu la bonne idée de situer l'action de son roman pendant les fêtes pascales. Cela lui permet de nous présenter quelques éléments du folklore flamand, son carnaval, ses géants, sa ducasse et son orphéon. Il en profite aussi pour nous faire faire un brin de tourisme et nous donner une petite leçon d’histoire. On visite donc les fortifications de Bergues (vous savez, la ville des Ch’tis) et on apprend que c’est à quelques kilomètres de Hazebrouck que les allemands construisirent la rampe de lancements de leurs tristement célèbres V2.

Folio Policier - 1999