857_001Le capitaine du Bayard n'est pas très rassuré. Un vent de révolte soufflent parmi les bagnards qu'il est chargé de convoyer jusqu'en Guyane. Il a pourtant fait mettre aux fers leur chef, le légendaire Chéri-Bibi. Mais avec ce diable d'homme, on peut s'attendre à tout...

Les cages flottantes est le premier des cinq volumes que Gaston Leroux a consacré aux aventures de son célèbre forçat. Il peut donc légitimement être regardé comme une longue introduction permettant d'initier l'intrigue et poser les fondations de ses futurs rebondissements.Il permet aussi de faire connaissance avec bon nombre de personnages que l'on retrouvera par la suite dont une flopée de bagnards aux noms évocateurs : Gueule-de-Bois, Petit-bon-Dieu, Boule-de-gomme, La Ficelle...

Mais, plus que tout autre, c'est Chéri-Bibi qui est au centre de toutes les attentions. Craint des honnêtes gens, adulé par la chiourme, nous découvrons un héros peu ordinaire. Une espèce de brute au grand cœur qui ne manque pas d'une certaine noblesse de sentiments mais capable du pire lorsqu'il s'agit d'assouvir ses deux passions : Cécily et sa vengeance. Grâce à la confession qu'il fait au commandant Barrachon, nous apprenons comment la fatalité a conduit ce garçon boucher de Dieppe au bagne de Cayenne, comment il a été condamné pour des crimes qu'il n'a pas commis (dont celui du père de la femme qu'il aime) et comment il est devenu une figure légendaire de la pègre parisienne.

Il nous montrera d'ailleurs un échantillon de ce dont il est capable en prenant le contrôle du navire qui l'emmène en Guyane. L'occasion pour l'auteur d'animer son récit de quelques scènes d'action (évasion et mutinerie) en attendant qu'une coïncidence digne des meilleurs romans feuilletons ne mettent entre les mains de son héros l'homme qu'il déteste le plus : l'époux de Cécily.

L'arrivée à bord de Maxime du Touchay et de ses amis va relancer une histoire qui s'essoufflait un peu dans les strictes limites du navire. Elle va aussi permettre à Leroux de nous concocter deux scènes d'anthologie : la tombola organisée par les bagnards pour se partager trois femmes du monde et l'opération pratiquée par Le Kanak sur Chéri-Bibi afin de lui donner les traits du mari de Cécily.

Cette petite incursion dans la spéculation scientifique est l'une des marques de fabrique des romans policiers de Gaston Leroux. L'autre est bien sûr son humour, noir et grinçant, comme en témoigne cette tirade de son sympathique bagnard : « J'ai lu Kropotkine. Son système ne tient pas debout, et quant à Karl Marx je préfère vous dire tout de suite que je regretterais toute ma vie les efforts que j'ai dû faire pour m'accaparer le bien d'autrui, s'il m'avait fallu le partager de force avec des gens que je ne connais pas !... Et si vous désirez être renseigné  sur ce que je suis, eh bien, je vais vous le dire, moi, monsieur, je suis capitaliste ! Enfin, vous me comprenez, je ne demande qu'à le devenir ! »

Le Livre de Poche - 1974