fn-frayeur05-1994

Pour assouvir sa passion pour les vieux vinyls, Garry passe tous ces week-ends à écumer les puces de Saint-Ouen. Un jour qu'il fouine dans une boutique poussiéreuse il dégotte une très ancienne partition qu'il acquiert sans hésiter. Aussitôt, sa personnalité change du tout au tout. Il se met à boire, à fumer et passe son temps à jouer au piano l'étrange partition alors même qu'il ne connait pas le solfège. Pour lui venir en aide, sa fiancée et son meilleur ami envisagent toutes les hypothèses, y compris une influence maléfique... 

Pilier de cette collection Frayeur, Alain Vénisse est un honnête artisan. Qu'il évoque les loups-garous ou les morts-vivants, il le fait toujours avec beaucoup de professionnalisme mais aussi, il faut bien le dire, sans grande originalité. Et vous savez quoi  ? C'est encore une fois le cas.

Il avait pourtant sorti le grand jeu. Rien moins que les grands anciens. Vous savez, Cthulhu, Shub-Niggurath, Nyarlathothep et leurs petits copains. Malheureusement, les affreux du dépressif de Providence ne servent qu'à meubler le décor. Ils n'interviennent pas dans le cours du récit et laisse ce soin à Yagor, un vilain sorcier qui a trop lu le Nécronomicon et qui cherche à établir un pont entre leur monde et le notre grâce à une musique incantatoire.

Or donc, tout se résume à une banale histoire de possession par le truchement d'un objet maléfique. Une trame utilisée mainte et mainte fois dans la littérature fantastique. Transformation du héros sous l'emprise des forces démoniaques, étonnement et angoisse de son entourage puis sauvetage in extremis grâce à une chance de cocu. Bref, pas de quoi chatouiller un tentacule à Cthulhu.

Le roman reste néanmoins agréable à lire. Personnages, style, rythme, tous est OK. Manque juste un peu plus d'ambition.

Fleuve Noir - Frayeur - 1994