9782070379637_1_75

L’heure de la retraite a sonné pour le maréchal des logis Zapala. Enfin presque. Juste une dernière mission à remplir : escorter une jeune femme jusqu’au juge qui doit instruire son procès. La routine ? Pas si sûr que ça. Quand des tueurs tentent de les éliminer tous les deux, la prisonnière et son geôlier prennent la poudre d’escampette. Pour se protéger. Et pour comprendre… 

Si j’avais découvert Jean-Bernard Pouy par le biais de ce roman, il n’est pas certain que j’eusse été plus avant dans l’exploration de son œuvre. Et franchement, c’eut été dommage tant ses polars sont originaux aussi bien sur le fond que dans la forme. Ici, c’est justement cette originalité qui fait défaut et ce manque se fait d’autant plus sentir que l’intrigue n’est pas franchement excitante.

Il s’agit d’une histoire très classique de collusion entre le politique et le banditisme, de raison d’état et de témoin qu’il faut supprimer. Le récit se résume rapidement à une partie de cache-cache entre la police et deux fugitifs sans oublier quelques tueurs à gage lancés à leurs trousses. On comprend très vite que tout cela finira très mal et les fuyards ne se font d’ailleurs guère d’illusions sur leurs chances de fêter la nouvelle année.

Heureusement, la relation entre Alix et Pierre, la prévenue et le gendarme, la jeune femme et le vieux misanthrope, est dépeinte avec beaucoup de tendresse et de subtilité. Au fil du temps, au gré des épreuves surmontées ensemble, la méfiance et l’hostilité des débuts vont céder la place au respect et à la compréhension mutuelle. S’installe alors une relation père/fille assez touchante composée à part égale d’encouragements et de reproches, de non-dits et de confessions.

Gallimard - Folio Policier - 2009