P1050834

Un profond mystère entoure la naissance de Georges Mayford. Elevé par une nourrice et entretenu grâce à l'argent fourni par un notaire, le jeune homme n'a jamais vu ses parents et ignore tout de ses origines. Déterminé à rompre avec un pays où il se sent étranger, il décide d'émigrer au Canada. Une rencontre inopinée va le mettre sur la piste de sa famille et le lancer par la même occasion dans un bien long voyage. 

Ce roman écrit en 1851 peut être regardé comme une sorte de guide touristique de l'empire britannique et de manuel pour l'apprenti colon. Rédigé à une époque où les voyages sont rares et où les informations circulent peu, il permet d'éclairer les anglais sur la vie dans leurs lointaines colonies, les pérégrinations du héros permettant à l'auteur de fournir quantité d'informations et d'anecdotes sur le climat, les populations autochtones, l'élevage, les cultures...

L'histoire, elle, est particulièrement romanesque. Elle rappelle un peu ces romans de Dickens dans lesquels un orphelin doit faire le jour sur le secret de sa naissance. Sauf qu'ici, la quête de ses origines fera effectuer au jeune héros un véritable tour du monde.

Fertile en rebondissements, péripéties et coïncidences, l'intrigue ne lui laisse pas un instant de répit. Il combat des indiens alcooliques au Canada, manque être lyncher par des esclavagistes en Virginie, est enrôlé par des pirates à la Jamaïque, survit à un naufrage, devient l'esclave d'une tribu hottentote avant d'atteindre l'Australie... Il affronte les animaux les plus dangereux de ces lointaines contrées, lion, ours, requin et échappe de peu à un tremblement de terre. Bref, bien des aventures avant de retrouver sa famille, la femme qu'il aime et un nouveau foyer.

Tout cela nous est conté avec un humour et une ironie délectables qui s'expriment particulièrement dans ce chapitre où le repas dominical d'une famille londonienne est constamment interrompu par les réclamations de nombreux créanciers.

Finalement le seul mauvais côté de ce livre, c'est qu'il doit être difficile à dénicher : mon exemplaire est âgé d'un petit siècle et j'ignore s'il a été réédité depuis.

Librairie Nationale d'Education et de Récréation - 1894