$_35Grâce aux talents de chirurgien du Kanak, Chéri-Bibi a désormais l'apparence de Maxime du Touchay. Accompagné du fidèle La Ficelle, le voici de retour à Dieppe où il espère bien prendre auprès de Cécily la place de l'époux dont il a emprunté les traits. Il ignore toutefois à quel point ce dernier était un être détestable, coupable des pires vilenies. Tandis qu'il essaye de reconquérir le cœur de la femme qu'il aime, ses anciens complices entreprennent de le faire chanter.

Suite et fin de la très drôle et très dramatique histoire de Chéri-Bibi, le bagnard au grand cœur marquée du sceau de la fatalité. L'action de ce volume se déroule toute entière dans la cité balnéaire de Puys près de Dieppe. Nous y assistons aux efforts désespérés du forçat pour se faire une place au soleil auprès de l'élue de son cœur et, une fois gagnée, pour la conserver.

Il lui faudra en effet composer avec une double menace. En premier lieu celle que font peser sur son bonheur les amis de feu Maxime du Touchay. Femmes de petite vertu, maris complaisants, camarades de débauche, tous tentent de reprendre leurs relations sordides avec l'homme qui les entretenait. Chéri-Bibi aura un mal de chien à se dépêtrer de ces sangsues. Il lui faudra même employer les grands moyens pour rompre avec eux de manière définitive. Ce seront ensuite ses anciens compagnons de bagne qui tenteront de profiter de la bonne fortune échue à leur chef. Là encore, il devra user de la manière forte pour leur faire entendre raison.

En renvoyant dos à dos ces grands bourgeois et ces malfrats qui se confondent dans une même malhonnêteté, Gaston Leroux assène une petite pique à la bourgeoisie de son époque. Une agacerie que l'on retrouve aussi dans ces dialogues savoureux où Chéri-Bibi et la Ficelle discourent sur les bienfaits d'une existence honnête.

Mais l'idée la plus intéressante du roman est sans conteste la position paradoxale dans laquelle se retrouve Chéri-Bibi. Ayant changé d'apparence et d'identité pour rompre avec son passé de forçat, le voici finalement dans la peau du véritable coupable des meurtres pour lesquels il a été condamné. Le pire est qu'il ne peut rien faire pour se disculper. Faire état de la culpabilité de Maxime du Touchay, c'est se condamner soi-même puisqu'il a désormais l'apparence du meurtrier. Révéler sa véritable identité, c'est avouer à Cécily qu'il l'a abusée en prenant la place de son époux !

Au final, cela nous donne un livre qui tient toutes ses promesses et qui s'achève sur l'espoir de voir Chéri-Bibi reprendre du service.

Le Livre de Poche - 1974