imgRégisseur pour le cinéma, Axel Masson doit dégotter un vieux manoir gothique pour tourner les scènes du film d'épouvante sur lequel il travaille. Le château de la famille Wallenstein près de Nancy répondant en tout points à ses attentes, il décide de s'y rendre afin de solliciter une autorisation de tournage. A peine arrivé, un orage incroyablement violent le contraint à devenir l'hôte involontaire du baron Wallenstein et de sa fille Irina. Sitôt la nuit tombée, la jeune femme s'introduit dans sa chambre et se livre en sa compagnie à des jeux érotiques surprenants de la part d'une personne jusque là si réservée. Mais est-ce bien Irina qui lui a rendu visite ? Et si oui, son attitude étrange a-t-elle quelque chose à voir avec les caves du château dont l'entrée est si bien protégée ?

Je l'ai déjà dit ici ou , Alain Vénisse est un bon artisan qui sait proposer de solides romans d'horreurs, pas forcément très originaux mais toujours agréables à lire. Cette fois-ci, c'est dans le roman gothique qu'il verse, piochant sans vergogne dans les canons du genre avec une histoire de malédiction séculaire et d'objet maléfique.

Rien d'étonnant donc à ce qu'on y retrouve la vieille demeure médiévale et ses souterrains, sa salle de torture, ses torchères et ses lits à baldaquin. La filiation est tout aussi flagrante côté personnages puisque le vieux sage et la jolie vierge de service sont bien au rendez-vous tout comme le jeune étranger qui va servir de catalyseur au drame qui se prépare.

Si la première moitié du livre sert indéniablement de mise en train, elle constitue aussi une histoire dans l'histoire. Prologue, meurtre, poursuite du double d'Irina et happy-end, le roman pourrait presque s'arrêter ici. Et puis, alors que l'on croit nos héros hors de danger, l'intrigue rebondit pour un bis repetita encore plus dramatique mais aussi plus moderne. Adieu châteaux et souterrains, bonjour Paris, Montmartre et le cinéma. C'est désormais à la poursuite du double d'Axel que nous assistons. Une partie plus enlevée où meurtres et révélations se succèdent à vive allure.

L'idée d'un double maléfique n'est pas nouvelle mais Alain Vénisse s'en sert avec bonheur. On frémit à l'évocation de cette copie conforme capable de prendre votre place, s'installer dans votre quotidien, côtoyer vos amis, coucher avec votre copine... Mais quand en plus, elle se met à jouer les émules de Jack l'éventreur, çà devient carrément flippant. Comment prendre au piège un individu qui vous connais aussi bien que vous-même, raisonne comme vous et devine vos pensées ? Dans de telles conditions, la course d'Axel après cet autre lui-même devient réellement passionnante.

La fin du roman nous réserve aussi une jolie surprise qui vient ajouter une petite touche d'imprévu non négligeable et permet de conclure de façon plus que satisfaisante ce bon petit bouquin.

Fleuve Noir - Frayeur - 1994