untitled

Les clans voisins des Ohihani et des Anäanni ont conclu un accord. Les premiers fourniront plusieurs jeunes femmes nubiles aux seconds qui en manquent cruellement. En échange le plus fort des guerriers Anäanni rejoindra les Ohihani afin de suppléer la disparition de nombreux guerriers de ce clan. Ahorn se réjouit d'avoir été désigné par les siens puisque cela lui permettra de retrouver Enea'a, une jeune femme dont il est épris.

Cependant, son arrivée chez les Ohihani ne se passe pas sous les meilleurs auspices. Plusieurs de leurs femmes, dont Enea'a, ont été enlevées par le clan des Ohisihan et la plupart de leurs guerriers sont devenus Nokh, c'est à dire subissent l'influence de l'esprit d'Agough et vivent désormais à l'écart. Pour rompre cette malédiction, Ahorn accepte de se rendre chez les Ohisihan afin d'abattre leur chef et récupérer la femme qu'il désire. Mais lui a-t-on décrit l'exacte vérité ?


Ce n'est pas la première fois que Pierre Pelot s'aventure aussi loin dans l'histoire de nos ancêtres. Il s'y est déjà essayé avec les cinq volumes de sa série "Sous le vent du monde" rédigée sous le patronage avisé de Yves Coppens. Cette série a, semble-t-il, rencontré un vif succès et reçu de bonnes critiques. Ne l'ayant pas lue je ne peux me prononcer sur sa valeur mais je dois avouer ma profonde déception à la lecture du "Jour de l'enfant tueur".

Apparemment, l'idée de l'auteur était de nous livrer un polar préhistorique. Une idée pour le moins originale car, après les polars antiques, médiévaux, victoriens, etc... j'étais curieux de découvrir une enquête chez Cro Magnon. Mais là, l'auteur me semble être passé un peu à côté de son sujet.

L'intrigue est plus mince que du papier à cigarette, le suspens quasi inexistant et la chute décevante. On apprend également peu de chose sur le mode de vie de ces hommes primitifs et seule la difficulté à communiquer et les balbutiements du langage sont assez bien rendus.

Alors, malgré quelques bonnes idées (les guerriers Nokh à la bouche cousue) ce roman nous permet juste de découvrir que la convoitise, les machinations, la vengeance et le meurtre existaient déjà il y a 35000 ans. Mais qui en doutait ?

Editions du Seuil - Points - 1999