untitled

Lorsque vous êtes recherché par le roi d'Ampelogne pour avoir tué son "maître des rêves" et par celui d'Andalogne pour n'avoir pas su protéger son rejeton, votre avenir semble assez compromis. C'est ce que Ombre, garde du corps au chômage, apprend à ses dépens.

Mais heureusement pour lui, tout est possible dans l'Overmonde. Découvrir qu'on est un demi dieu pouvant pénétrer les failles temporelles, communiquer par télépathie avec ses pairs ou voler dans un bombardier avec un équipage de morts vivants... Et puis, il y a les amis. Moustik le demi-dieu à tête de poulpe et Carlotta la jolie guerrière à la cuisse légère.

Et c'est tant mieux car ils ne seront pas trop de trois pour venir à bout des voleurs à têtes de Porval, des zombies GI's, et d'un sorcier incandescent ! 

Je ne suis plus guère attiré par la Fantasy mais il m'arrive encore, de temps à autre, de me laisser enjôler par un titre accrocheur ou une présentation élogieuse. Avec "L'ombre et le fléau" ce n'est pourtant pas le cas. Le titre est commun, le résumé ne résume rien et en plus la couverture est laide. J'ai dû l'acheter il y a fort longtemps, au milieu d'un lot. Mais bon, puisqu'il traîne dans ma bibliothèque...

J'ouvre donc le machin et je tombe sur une carte. Je ne suis pas surpris, neuf livres de fantasy sur dix en propose une, même quand elle n'est d'aucune utilité. Comme qui dirait une figure imposée du genre. Celle-ci est tout à fait classique avec ses montagnes, ses fleuves et ses villes. Au nord les noms ont une consonance scandinave, au centre l'orthographe se germanise puis laisse sa place au latin et, ô surprise, c'est l'arabe qui règne sur les régions méridionales. Quant à l'Andalogne, royaume où se déroule l'histoire, il évoque sans doute le lieu des dernières vacances ibériques de l'auteur !

A ce stade j'ai presque envie de refermer le livre sans même en lire une ou deux lignes. Mais comme je suis confortablement installé dans mon canapé et que j'ai la flemme de me lever pour aller en chercher un autre, je persévère. Et je fais bien ! Parce que le bidule est loin d'être mauvais.

Overmonde est un univers de fantasy assez classique avec une atmosphère médiévale mâtinée de magie. Il y a des dragons, des sorciers et des mages, des voleurs et des assassins. Ça combat, çà incante, çà complote et çà assassine, bref rien de particulièrement neuf.

Mais il y a une énergie et un humour indéniables. Pas exactement une parodie. Juste une sorte de funny fantasy où tout est prétexte à la rigolade. Les dieux sont pêchés dans les rivières et asservis par les hommes, on y  mange des larves de Bricandogs ou des rognons de Gilmugs et les failles temporelles vous transportent dans le Vietnam de Coppola !

Oscar Valetti se lâche dans tous les registres et force le trait. Les noms de ses personnages (Lucilius Hygnivöom, Carlotta Von Sacher-Boulba) sont improbables, son héroïne est une guerrière intrépide sacrément portée sur le sexe tandis que son héros de frangin serait plutôt fleur bleue.

Il y aussi quelques morceaux d'anthologie dont une partie d'échecs grandeur nature où chaque pion perdus est atrocement exécuté ou bien encore l'attaque d'une forteresse par un commando de GI's.

Tout cela nous donne une lecture bien réjouissante et sans prise de tête, idéale pour les deux ou trois heures de train qui vous séparent de la plage.

Fleuve Noir Anticipation - 1992