untitled

Junia et Shagan sont esclaves du forgeron Massalian, un sorcier réputé qui utilise la force de l'une et l'intelligence de l'autre pour régler quelques affaires délicates. Une main d'œuvre bon marché dont la fidélité lui est assurée grâce à l'engourdissement qui les saisit sitôt quittée l'atmosphère surchauffée de la forge et que seule peut ralentir une potion connue de lui seul.

Ils seront ainsi amenés à porter secours à un homme victime d’une armure ensorcelée et, surtout, à neutraliser l’esprit du roi squelette dont le réveil menace toute la région. Il leur faudra pour cela vaincre les nombreux périls de la lande des exécutions. 

Ce roman est l'une des rares incursion de Serge Brussolo dans l'univers de l'eroïc fantasy. Cela ne l'empêche pas de nous servir comme à son habitude, une histoire qui foisonne d'idées et de scènes percutantes mais au scénario trop faible pour mettre en valeur toutes ces jolies trouvailles.

Et c'est bien regrettable car Junia et Shagan sont des héros particulièrement originaux. La première est une géante obèse sujette à des crises de sommeil tandis que son compagnon est un cul de jatte à l'esprit vif et aux bras remarquablement musclés.

Complémentaires (comme qui dirait "la tête et les jambes") leurs services sont très appréciés de leur maître qui leur confie les missions les plus périlleuses. Voici résumé le concept de ce qui constitue désormais une série puisqu'aux deux opus parus chez Fleuve noir (le présent livre et Le dragon du roi squelette) il faut ajouter Les cavaliers de la pyramide et Les mangeurs d'argile qui reprennent les deux personnages dans l'univers plus réaliste du péplum.

Après une brève entrée en matière au cours de laquelle l'histoire de Shagan nous est contée, l'auteur nous plonge rapidement dans l'action. Un amuse bouche tout d'abord qui voit nos deux héros affronter une armure ensorcelée puis le plat de résistance en la personne du roi squelette et de ses sortilèges.

Bref, beaucoup d'action, quantité de tableaux surprenants et horrifiques, mais une chute un peu abrupte et qui ne résout rien puisque le danger n'est que momentanément repoussé et que la condition de Shagan et Junia n’évolue pas d’un pouce. Mais on ne s’en étonnera pas puisque c’est là un petit défaut que l’on retrouve dans bon nombre des romans de l’auteur.

On passera en tout cas une paire d’heures bien agréable en compagnie de ce couple aussi improbable qu’attachant et on n’oubliera pas de sitôt la vision hallucinante de gibets et autres instruments de mort s’animant et cherchant à faire de nouvelles victimes

Fleuve Noir Anticipation - 1988