untitled

Au cours d'une mission de routine, Tinkar lieutenant de l’armée impériale Terrienne, est contraint d’abandonner un vaisseau visiblement saboté. Dérivant dans l’espace, équipé de son seul scaphandre et bientôt privé d’air, il est recueilli in extremis par un "vaisseau-cité" du peuple des étoiles. Ces derniers sont les lointains descendants de savants ayant fuis les persécutions que leur faisait subir le gouvernement terrien. Aussi est-il accueilli plutôt froidement par l'équipage malgré la sympathie que lui témoigne le commandant. Pourtant, avec le temps et grâce à l’influence de trois jeunes femmes, Tinkar parviendra à se faire accepter comme l’un des leurs.


Sans conteste mon roman favori de Carsac et, en tout état de cause, un grand space opera. On y trouve en effet tout ce qui fait un bon roman du genre et même un peu plus. La description du mode de vie, des institutions et de l'histoire de ces voyageurs de l’espace est minutieuse et inventive.

L'évolution des personnages à l'intérieur du vaisseau-monde est tout à fait crédible et c'est avec intérêt que nous les suivons le long des coursives, dans les cabines ou les espaces publics, le poste de commandement ou les lieux de culte. La menace d'une attaque des dangereux Mpfifis et, surtout, l'inimitié de tout un peuple à l'égard de Tinkar créent une ambiance tendue qui atteindra son paroxysme à l'occasion d'un duel et lors d'une véritable bataille spatiale.

Enfin, les sentiments ne sont pas non plus absents de cette histoire et ce ne sont pas moins de trois jeunes et jolies damoiselles qui se disputeront les attentions de notre brave lieutenant.

Mais par-dessus tout, ce roman brille par l’épaisseur de ses personnages et notamment celle de son héros. La lente métamorphose que subit Tinkar au contact de ses sauveurs est réellement passionnante. D’abord méfiant et encore trop imprégné par l’idéologie fascisante de son monde, il finira par reconnaître la valeur de la philosophie de ses hôtes.

Il comprendra aussi que leur vision de la vie est plus évoluée que la sienne et surtout beaucoup plus tolérante. Et la tolérance, la largeur d’esprit, l’ouverture à autrui, c’est bien là le principal thème de ce roman !

Pocket SF - 1979