untitled

La confrontation entre l'est et l'ouest a fini par avoir lieu et le feu nucléaire s'est abattu sur Terre, détruisant, irradiant, vitrifiant. Seul continent épargné : l'antarctique où américains et soviétiques s'observent en chiens de faïence, maintenus à distance respectueuse par l'éloignement et les conditions météorologiques. Confortablement installés dans leurs stations suréquipées, ces survivants, militaires et scientifiques, souffrent de leur isolement. L'inaction leur pèse et l'absence de nouvelles sape leur moral.

Dans ces conditions particulières, parviendront-ils à surmonter leurs différences et à donner une chance à l'humanité de repartir sur de nouvelles bases ou se laisseront-ils guider par la haine et le ressentiment ? L'américain Adam Scott et le russe Yvan Kostlof ont fait le choix du rapprochement. Mais quand l'idéologie, le sexe et la vengeance s'en mêlent, tout est possible...


"Heyoka Wakan" occupe une place originale dans l'univers du post-apo. Ici, l'apocalypse n'est que suggéré par l'auteur et imaginé par les personnages. La
guerre et son cortège de destructions ne sont donc pas réellement palpables, les survivants évoluent dans un environnement encore intact et bénéficient même d'un confort tout à fait convenable.

De fait, la plupart des incontournables du genre se trouvent absents du récit. Pas de villes désertes, pas de bandes armées, pas de lutte quotidienne pour la survie. Toutefois, pour intact qu'il soit, leur univers n'est pas pour autant dénué de dangers. Il y a le froid bien sûr, la neige, le blizzard et, plus dangereuse encore, la tempête qui prospère sous les crânes de tous ces miraculés. Sans nouvelles de leur pays et de leurs proches, ignorants les développements de la guerre, ils sont prêts à tout pour rompre la monotonie des jours et faire cesser l'angoisse qui les ronge.

Et c'est précisément cet aspect psychologique que Jean-Louis Le May explore dans son roman. Il le fait d'ailleurs plutôt bien et les sentiments des personnages, la confusion qui les habite, sont correctement rendus. Malheureusement le sujet est une peu faible pour nous tenir en haleine pendant 220 pages.

L'auteur brode donc un peu et s'étend avec beaucoup de complaisance sur l'activité sexuelle débridée de ses personnages. Cà copule dans tous les coins, en couple ou en groupe, entre hommes ou entre femmes, hétéros et lesbiens confondus, et si Le May parvient à ne pas sombrer dans le scabreux c'est seulement grâce à l'humour avec lequel il nous raconte tout çà !

Bref, malgré un style bien agréable et des personnages assez convaincants, j'ai été déçu par ce livre au sujet prometteur dont j'attendais beaucoup. Sans doute trop. En fait, plus qu'un véritable post-apo, "Heyoka Wakan" est un roman sur le froid, l'isolement et la folie des hommes. Une lecture sympathique, sans plus.

Fleuve Noir Anticipation - 1980