untitledA Washington Junction, patelin paumé des Etats-Unis, le Dr Cory se livre en toute discrétion à des expériences sur le cerveau. Malheureusement, l'absence de cobaye humain freine l'avancée de ses recherches. Aussi, lorsqu'un avion s'écrase à proximité de sa résidence et que l'une des victimes décède alors qu'il tente de la secourir, le bon docteur saute sur l'aubaine et récupère le cerveau. Parvenu à maintenir en vie cet organe puis à entrer en contact avec lui grâce à la télépathie, il s’apercevra un peu tard que ce cerveau n’est pas celui de monsieur tout le monde.

 

Encore un joli mélange de SF et de littérature policière issu de la célèbre série noire de Gallimard.

Dans ce roman, c'est l'aspect SF qui prend le dessus puisque l'intrigue policière est quasi inexistante. Tout juste une petite énigme afférente aux motivations du cerveau ainsi qu'une histoire de chantage vite expédiée.

Heureusement la partie « expérimentale » est beaucoup plus fouillée et plaisante à suivre à condition de ne pas s'arrêter au côté un peu kitch du pitch de départ (que de itch !). Car c’est vrai qu’une grosse cervelle surnageant dans un bocal et communiquant par télépathie, çà peut paraître légèrement ridicule.

Mais Curt Siodmak s’en tire parfaitement en choisissant de nous conter l’expérience du Dr Cory sous la forme d’un journal. Cela donne au récit toutes les apparences du vécu et lui permet de gagner en crédibilité.

A partir de là on prend un réel plaisir à suivre l’histoire de ce cerveau qui, tel la créature de Frankenstein, échappe à la volonté de son créateur.

Gallimard - Série Blème - 1949