untitledSur une planète et en un temps indéterminés coexistent deux territoires bien distincts. D'un côté le "Domaine de l'œil", état surprotégé où les citoyens sont totalement pris en charge mais aussi soumis à un contrôle inquisitorial permanent. D'autre part la "Hors-vue", immense zone de non droit.

C'est dans cet univers que nous suivons le parcours de deux hommes. Anton Girek est un chanteur de rock contestataire, auteur du célébrissime "Parabellum Tango" qui prône la révolte face au pouvoir hégémonique du domaine. Également natif de la Hors-vue, Woodyn Noman n'a au contraire d'autre vœu que de réussir son intégration dans ce domaine où il vient d'être accepté.


Encore un roman intéressant de Pierre Pelot bien que souffrant d'une mise en forme par trop statique. Les personnages m'ont parus un peu figés, comme manquant de ressort. Il est vrai qu'il leur est difficile de chambouler le cours de leur destinée, que les dés sont pipés et la lutte disproportionnée.

Mais j'aurais tout de même apprécié de les voir davantage à l'oeuvre. Girek ne fait finalement pas grand chose d'autre que se lamenter et Noman est rapidement privé de toute volonté. Quant à Léna, personnage féminin d'importance puisque faisant le lien entre Noman et Girek, elle disparaît très vite du récit sans raison particulière.

Le style de narration choisi par l'auteur y est aussi pour quelque chose. Pierre Pelot use et abuse du monologue intérieur. La psychologie des personnages nous est ainsi copieusement révélée mais cela se fait au détriment de l'action. Voilà pour la forme.

Le fond est en revanche nettement plus intéressant. Pierre Pelot nous propose une fois encore l'une de ces sociétés dystopique qu'il affectionne. Une société à deux visages. Mais deux visages d'une même répression.

Le "Domaine de l'oeil" est un état policier où les caméras (les scruts) sont relayées par les hommes (les veilleurs) et par les AC, ces animaux de compagnie remis à chaque citoyen, soit disant confidents mais en réalité mouchards. La Hors-vue est un monde où règne l'insécurité mais dans lequel le domaine intervient néanmoins pour éliminer les gêneurs.

Woodyn Noman et Anton Girek sont tous deux victimes de ce système inhumain. Le premier est attaqué de front, censuré, molesté, mis au ban. Le second, comme d'ailleurs tous les citoyens du domaine, doit renoncer à son libre arbitre. Il doit respecter un code de loi précis et personnalisé, exercer l'emploi proposé et même accepter la compagne qu'on lui désigne !

Dans l'un et l'autre cas, l'objectif est le même : annihiler toute velléité de révolte, toute pensée divergente. Une jolie démonstration de la politique de la carotte et du bâton : la promesse du paradis pour les bons petits soldats et le rejet ou l'élimination pour les autres.

Denoël - Présence du Futur - 2000