untitledMark Sidzik est un astrophysicien d'une quarantaine d'années qui rend à l'occasion de petits services au World Ethics and Resaerch, une ONG qui œuvre à la moralisation de la recherche scientifique. Alors qu'il enquête sur les récentes révélations d'une scientifique américaine, d'autres chercheurs ayant comme elle travaillés dans l'équipe du Dr Kramer, sont assassinés.

Un groupuscule mystérieux, « les gardiens des commandements divins » ayant revendiqué les meurtres, les survivants décident de se mettre sous la protections du FBI. Profitant de sa ressemblance avec l'une des victime dont la mort a été tenue secrète, Mark se joint à eux avec la ferme intention de démasquer le meurtrier. 


Interrompue aujourd'hui, la collection "Quark noir" s'était donné pour objectif l'édition de romans noirs dont l'intrigue se déroule ou puise certains de ses ingrédients dans le domaine scientifique. Elle marchait aussi sur les brisées du "Poulpe" puisque, si chaque livre était écrit par un auteur différent, le héros en demeurait inchangé.

Un héros un peu trop lisse à mon goût, avec un côté "gendre idéal" légèrement agaçant. Il ne boit pas, ne fume pas (si, si, il baise !), il est végétarien et aime beaucoup sa grand-mère. Est-ce Jean-Pierre Andrevon qui a déterminé ces traits de caractère ou bien s'est-il contenté de reprendre à son compte ceux initiés par les autres "géniteurs" du personnage ? Pour le savoir il faudrait lire les 3 romans qui précèdent celui-ci. Un exercice qui serait loin de me rebuter (j'aime beaucoup Richard Canal et Pierre Bordage) main je n'ai malheureusement pas leurs bouquins sous la main !

J'ai en tous cas apprécié la première partie de l'histoire grâce notamment aux lieux évoqués. Le Chinatown de la porte d'Ivry, des ateliers d'artistes, un petit laboratoire au cœur du bois de Vincennes composent des décors qui s'accordent bien avec les différents protagonistes et les premiers meurtres. Le rythme de l'enquête est soutenu et les suspects nombreux. Cà cause, çà s'agite, çà conjecture et çà assassine, bref, pas une seconde d'ennui.


Malheureusement cela ne dure pas. Nos scientifiques s'envolent pour le nouveau monde, s'enferment dans un ranch paumé et le temps passe alors beaucoup moins vite. Pour eux comme pour nous. Ils s'observent, s'engueulent, se dénoncent mais ne tentent rien pour démasquer l'assassin. Même notre héros sans peur et sans reproche reste remarquablement sage. L'hécatombe peut donc continuer et nous assistons alors à une resucée des "10 petits nègres". Sauf qu'ici les meurtres ne suivent pas les strophes d'une comptine mais sont le reflet de chacune des 10 plaies d'Égypte.

Dès lors, il ne nous reste plus qu'à parier sur le nom de la prochaine victime et la nature de son trépas en attendant un final un peu trop rapide à mon goût.

Un petit mot pour finir sur le côté "scientifique" du bouquin. Jean-Pierre Andrevon me semble avoir respecté le cahier des charges. Le livre fourmille de scientifiques (les fameux 10 cerveaux) dont les recherches sont au cœur de l'intrigue. Et surtout, il y a la "slavine" cette mystérieuse molécule dont le nom (de l'anglais "slave" = esclave) laisse deviner ses effets sur les personnes qui l'ingère.

Flammarion - Quark Noir - 1999