untitledEn 2023, l'humanité est au bord de l'extinction et les quelques communautés encore organisée qui subsistent de par le monde tentent désespérément de préserver ce qui peut encore l'être. C'est dans ce contexte que Willard Gulliver a entrepris de réunir, pour l'édification des générations futures, les archives et les témoignages qui illustrent le mieux la façon dont l'homme a détruit son environnement.


Bien qu'écrit  il y a presque 40 ans, ce livre reste d'une actualité brûlante et il est ahurissant de constater que les maux qui y sont dénoncés n'ont pas été stoppés. Le combat écologique est malheureusement plus que jamais à l'ordre du jour et la sauvegarde de notre environnement un enjeu majeur.

Pourtant, la démonstration de Philip Wylie, remarquable de réalisme, est de nature à inciter les plus acharnés pollueurs à modérer leurs ardeurs. Par le biais d'articles de journaux, d'interviews, de témoignages ou de rapports, il nous montre comment l'homme parvient à détruire son environnement et à hypothéquer gravement son avenir alors même qu'il est conscient des risques qu'il encoure.

Bien sûr l'auteur force le trait. Nous n'en sommes pas encore arrivés à de telles extrémités. Mais si ses descriptions nous font froid dans le dos, c'est que nous devinons qu'il n'est pas si loin de la réalité. Certaines des catastrophes qu'il nous décrit commencent d'ailleurs à pointer le bout de leur nez. Quelques exemples ? :

- la pollution des rivières : les nôtres ne sont pas encore devenues explosives mais charrient quantité de molécules pharmaceutique qui stérilisent les poissons et risquent de la rendre impropre à la consommation.

- la qualité de l'air : nous ne connaissons certes pas de conditions atmosphériques pouvant transformer Manhattan en une gigantesque chambre à gaz mais les pic de pollutions à l'ozone sont devenus monnaie courante dans la plupart des grandes agglomérations.

- l'état de nos mers : pas encore de vers carnivores, mais de nombreuses espèces (baleines, thons, anchois) sont en voie d'extinction et leur disparition pourrait être la cause d'une rupture de l'équilibre entre les espèces.

- la radioactivité : malgré Tchernobyl, la France continue sa politique du tout nucléaire sans même savoir ce qu'il adviendra des déchets de ses centrales.


- sans oublier, le dérèglement climatique, le recyclage des déchets...-        

Plus qu'un roman, ce livre est donc un plaidoyer en faveur d'une attitude raisonnée de l'homme envers son milieu naturel. C'est aussi un appel au passage à l'acte. Nous voici parvenus à cet instant crucial où l'on sait ce qui nous attend et où il est encore possible d'agir efficacement pour enrayer l'inéluctable. Mais en serons nous réellement capables.

Philip Wylie, lui, ne se fait guère d'illusions. Il sait bien, comme nous même aujourd'hui, que la recherche du profit et l'absence de conscience écologique sont la cause de ce désastre. Il sait aussi que tant que les industriels seront assez puissants pour imposer leurs vues aux politiques, rien ne pourra réellement changer. Le fiasco du récent sommet de Copenhague en est un exemple éloquent.

Tout espoir serait donc perdu ? Peut-être pas. Et peut-être aussi que des livres comme celui-ci permettront une prise de conscience tardive mais salutaire. A défaut, ce sera bel et bien la fin du rêve. Et sans doute même le début du cauchemar.

Le livre de Poche - SF - 1980